presentation-6.jpg

 

rejoindre-facebook.png

twitter.jpg

contact-copie-1.jpg

Recherche

Recommander

Mardi 13 juillet 2010 2 13 /07 /Juil /2010 23:48

Rupture?

 En matière de politique africaine, la rupture sarkozyste est une imposture. On assiste à une poursuite voire à une aggravation du soutien aux dictateurs, ainsi qu’à un appui sans faille aux grandes entreprises néo-coloniales françaises.

Parmi d’autres exemples, Au Gabon, la France a fait "élire"le fils Bongo ; Balkany, ami et conseiller de Sarkozy, a défendu  D. Camara, chef des massacreurs guinéens.

L’ambassadeur JC. Ruffin, renvoyé de son poste  au Sénégal pour avoir refusé de soutenir la dérive du régime Wade, porte un diagnostic impitoyable sur la situation : il démontre que le ministère des Affaires étrangères est dépossédé de tout rôle, au profit des réseaux occultes de l’Elysée.

 Quelques semaines après son élection, lors de son fameux discours de Dakar  du 26 juillet 2007, Sarkozy avait déjà démontré le peu de cas qu’il faisait de l’histoire africaine et du long combat de ce continent pour son émancipation ( Sarkozy: service minimum sur la Shoah et insultes pour les Africains ).

Nous nous associons aux différentes démarches de protestation contre la participation aux festivités du 14 juillet des dictateurs africains et de leurs troupes d’élite, symboles d’oppression et de crimes.

Nous publions ci-dessous un extrait de l’appel de la fédération internationale des droits de l’homme (FIDH) puis l’appel du collectif réuni autour de l’association Survie.

 MEMORIAL 98

 

Appel FIDH

14 juillet 2010 : la fête nationale française, fête de l’impunité ?

 Monsieur le président,

 Le 14 juillet, vous allez présider les célébrations de la fête nationale française qui, cette année, ont été placées sous le signe du cinquantenaire des indépendances des anciennes colonies françaises en Afrique.

 La Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH) et ses 164 organisations membres et en particulier son organisation membre en France, la Ligue des droits de l’Homme et du Citoyen (LDH), sont gravement préoccupées par le fait que les délégations de certains pays invités aux festivités du 14 juillet puissent comprendre des personnes responsables de graves violations des droits de l’Homme, notamment des personnes mises en cause dans des instructions ouvertes devant la justice française pour de tels faits ; et qu’elles bénéficient d’ une immunité juridique à laquelle elles n’ont pas droit.

 

 

Appel de plusieurs organisations africaines et françaises qui ont organisé une manifestation ce 13 juillet

50 ans de Françafrique, ça suffit !

 

Arrêtons le soutien aux dictateurs ! Soutenons les peuples africains !

 Le 14 juillet à Paris, des unités militaires de 14 pays africains défileront sur les Champs - Elysées, au côté des troupes françaises. Convoqués par Nicolas Sarkozy, les chefs d’État, amis de toujours de la France et des réseaux de la Françafrique : les Gnassingbé (Togo), Bongo (Gabon), Compaoré (Burkina Faso), Déby (Tchad), Sassou Nguesso (Congo Brazzaville), Biya (Cameroun) seront présents dans la tribune présidentielle.

 

Ceux-là, ainsi que d’autres dictateurs et putschistes, responsables pour certains du massacre d’une partie de leur population et du maintien de celle-ci dans la pauvreté, viendront s’assurer du soutien politique, économique et militaire et de leur enrichissement personnel auprès de leur ancienne puissance coloniale.

 

La France qui, durant la colonisation, avait abondamment pillé les ressources et utilisé les peuples comme réservoir de main d’œuvre, poursuit depuis 50 ans sa politique par tous les moyens, au détriment du développement des pays concernés, ce qui amène de nombreux africains à migrer pour nourrir leurs familles.

 

Dans la plupart des pays concernés, les gouvernements de la France ont éliminé ou se sont rendus complices des assassinats des leaders qui ont combattu pour l’indépendance de leur pays comme Patrice Lumumba, Medhi Ben Barka, Félix Moumié, Ruben Um Nyobé, Ernest Ouandié, Thomas Sankara, Sylvanus Olympio, Farhat Hached … Les autorités françaises ont mis en place des dictateurs, intégrés dans les réseaux de la Françafrique où ils côtoient l’Etat major de l’Armée, l’Elysée et des grandes entreprises comme Total, Bouygues, Bolloré, ou Areva. De l’Afrique de l’Ouest au Maghreb où Ben Ali et Mohamed VI prospèrent sur le dos de leurs peuples, l’héritage du colonialisme est toujours présent.

 

Aujourd’hui encore, la plupart des élections dans ces pays sont truquées, les opposants souvent emprisonnés, parfois torturés ou assassinés, par ceux là même qui défileront le 14 juillet, avec la complicité des autorités françaises.

 À cette politique françafricaine s’ajoute une agriculture exportatrice européenne et la recolonisation des terres qui détruisent les productions locales, accélèrent le réchauffement climatique et contraignent les paysans africains à fuir les campagnes ou à migrer vers l’Europe. Cette « Europe Forteresse » qui fabrique des sans papiers, les exploite, et les expulse sous couvert d’accords de réadmission codifiés dans la Directive Européenne de la Honte, au mépris de la Convention Européenne des Droits de l’Homme

PS Le Canard enchaîné du 14 Juillet révèle que J. Chirac a préfacé un ouvrage de l’autocrate congolais Sassou N’Guessou intitulé «Congo, un rêve d’avenir » Chirac apporte ainsi son soutien à un des « présidents dictateurs » particulièrement réputé pour sa brutalité et sa corruption. Il a fait massacrer plusieurs centaines d’opposants par sa garde présidentielle en 1999 ; une plainte pour « crime contre l’humanité » est déposée contre lui à Paris.

N’Guesso  a tenté de faire croire l’an dernier que Nelson Mandela avait préfacé son précédent ouvrage. Un démenti formel de la fondation Mandela rappelait qu’il s’agissait d’ « un dictateur dont les élections sont régulièrement truquées".

 

 

MEMORIAL 98

Par memorial98 - Publié dans : memorial98
Ecrire un commentaire - Voir les 1 commentaires
Retour à l'accueil
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés